Qu’est-ce que l’aquaplaning et comment​ ​l’éviter​ ​?

Comment éviter l'aquaplaning ?

Lorsque la pluie est au rendez-vous, votre visibilité sur la route est réduite et la chaussée devient plus glissante. L’aquaplaning est cependant un phénomène qui peut être évité. Avec Entretien Auto, apprenez à anticiper les risques et à réagir en cas de dérapage incontrôlé.

Qu’est-ce que l’aquaplaning ?

Lorsque vous roulez par temps de pluie, une pellicule d’eau vient se former entre votre pneu et la chaussée. En cas d’aquaplaning, la pression du liquide devient plus forte que celle de votre pneumatique et provoque ainsi une perte d’adhérence avec la route. Autrement appelé hydroplaning ou aquaplanage, ce phénomène rend votre véhicule totalement incontrôlable. Cette situation très impressionnante, peut toutefois être évitée grâce à une bonne anticipation.

Se préparer avant de prendre la route

Vérifiez l’usure de vos pneus

Avant toute chose, il est primordial de s’assurer que vos pneus sont en bon état. En effet, des pneumatiques usés avec des sculptures moins marquées perdent de leur adhérence et évacuent moins efficacement l’eau infiltrée. Ainsi, vérifiez à l’aide du témoin d’usure que la gomme n’est pas arrivée à sa limite. Si c’est le cas, il faudra remplacer vos pneus. Il est aussi important de rouler avec des pneumatiques bien gonflés car un manque de pression augmente les risques d’aquaplaning.

Contrôlez vos balais d’essuie-glace

Les balais d’essuie-glace n’interviennent pas directement sur l’aquaplaning, mais ils vous permettent d’anticiper les risques. En effet, des balais d’essuie-glace en bon état vous garantissent une meilleure visibilité afin d’éviter les flaques d’eau et de prévoir le ralentissement des autres véhicules.

Désactivez votre régulateur de vitesse

Par temps de pluie, il est nécessaire de contrôler votre vitesse et de rester concentré durant tout le trajet. Le régulateur de vitesse n’est pas du tout adapté à ce type de situation car il conserve la même allure et incite à relâcher l’attention. Si votre voiture en est équipée, pensez bien à le désactiver avant de démarrer lorsqu’il pleut.

Rouler par temps de pluie

Prudence lors des premières minutes

La première demi-heure d’une averse est la période où il faut être le plus vigilant. En effet, l’entrée en contact de l’eau et des résidus présents sur la chaussée crée une couche très glissante qui s’avère dangereuse pour les automobilistes.

Limitez votre vitesse

Durant une averse, plus vous roulez vite, plus vos pneus auront du mal à évacuer la pellicule d’eau qui s’est infiltrée. Pensez donc à conduire plus lentement et évitez de freiner trop brutalement, au risque de perdre le contrôle de votre véhicule. L’idéal est d’utiliser le frein moteur et de réduire votre allure de 20 à 30 km/h par rapport à la normale. Avec une distance de freinage multipliée par 2 ou 3 lors de temps pluvieux, une vitesse modérée vous permettra aussi d’assurer vos distances de sécurité avec les autres véhicules. Si vous vous apprêtez à monter une côte, passez la vitesse supérieure à celle habituelle, tandis qu’en descente, il faudra rétrograder en seconde.

Que faire en cas d’aquaplaning ?

Même si l’aquaplaning est un phénomène quelque peu effrayant, il est primordial de ne pas paniquer au risque de compliquer les choses. Lorsque vous sentez que votre voiture devient incontrôlable, ne freinez surtout pas brutalement. Ralentissez plutôt votre vitesse en douceur, et privilégiez le frein moteur. Enfin, gardez le contrôle sur la situation en maintenant le volant dans la bonne direction tout en fixant l’endroit où vous souhaitez aller.

Vous l’aurez compris, les risques d’aquaplaning s’anticipent avant même de prendre le volant. Une fois nos bons conseils assimilés, vous pourrez rouler tranquillement avec votre voiture, qu’il pleuve ou qu’il vente !